Collectif Romeurope du Val Maubuée

Membre du Collectif National Droits de l'Homme Romeurope


À Ivry-sur-Seine la mairie a mis en place une politique d’accompagnement social des Roms. Mais la bonne volonté des pouvoirs publics ne suffit pas à éradiquer la misère et certains vivent toujours en bidonvilles.

Dix années d’errance et d’insalubrité, de tentes en squats, de squats en bidonvilles, de bidonvilles en hôtels de fortune, ont pris fin pour Cocoi, son épouse et leurs deux enfants. Depuis trois semaines, ils ont enfin été relogés en plein centre-ville d’Ivry-sur-Seine. « Ivry, c’est chez moi. Sans la mairie, et sans le collectif [de soutien aux Roumains d’Ivry], je ne serais pas à l’abri. Je serais sûrement mort », confie le jeune Roumain de 26 ans, la mine grave. Ils sont des centaines à avoir arpenté le même chemin tortueux, avant de bénéficier de l’accompagnement social de la mairie. Si elle a permis de réduire significativement le nombre de campements, cette politique, humaine et volontariste, est loin d’avoir éradiqué l’habitat indigne à Ivry.

 

Lire la suite sur https://www.streetpress.com/sujet/1582124988-ivry-sur-seine-mairie-aide-roms-sans-totalement-eradiquer-misere-bidonville-precarite-societe-immigration


Bidonvilles : lettre ouverte à Emmanuel Macron

Monsieur le Président,

Depuis votre élection, la plupart de nos associations ont rencontré les Ministres de l’intérieur et de la cohésion des territoires ou leurs cabinets.

Suite à ces différents rendez-vous, il nous paraît que si les Ministères sont au fait de la situation des 15 à 20 000 personnes vivant en bidonville et squat en France, aucune stratégie claire de résorption des bidonvilles, à la hauteur des enjeux et des attentes, ne semble être en préparation. Lire la suite


Ségrégation scolaire : beaucoup d’enfants demeurent privés d’une éducation de qualité

« Le droit à l’éducation est un droit fondamental de la personne humaine. Pourtant, de nombreux pays européens refusent encore de scolariser des milliers d’enfants – des enfants handicapés, des enfants roms, des enfants réfugiés ou migrants – sur un pied d’égalité en les maintenant dans des établissements séparés, au mépris des droits de l’enfant. Ceci a des conséquences négatives considérables sur nos sociétés. Les États membres ont le devoir de garantir le droit de chaque enfant à une éducation de qualité sans discrimination », a déclaré M. Nils Muižnieks, Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, à l’occasion de la publication d’un document portant sur l’éducation inclusive comme moyen de lutter contre la ségrégation scolaire. [STRASBOURG 12/09/2017] Lire la suite