Collectif Romeurope du Val Maubuée

Membre du Collectif National Droits de l'Homme Romeurope

Déclaration de la Commission européenne pour la 45e journée internationale des Roms

Bruxelles, le 7 avril 2016

Déclaration de M. Frans Timmermans, vice-président, et de Mmes Marianne Thyssen, Vĕra Jourová et Corina Creţu, membres de la Commission européenne, à l’occasion de la Journée internationale des Roms le vendredi 8 avril*.

«L’égalité devant la loi et le refus de toute discrimination constituent des valeurs fondamentales de l’Union européenne. Pourtant, l’antitsiganisme est encore très répandu dans le monde et en Europe. L’exclusion, les inégalités et les discriminations dont nombre de Roms continuent à être victimes sont en totale contradiction avec les valeurs essentielles de l’Union.

Les Roms n’ont pas le même accès à l’emploi, à l’éducation, au logement et aux soins de santé que le reste de la population. Les expulsions forcées de Roms restent préoccupantes. De plus, le fait que les enfants roms puissent rarement bénéficier de la même qualité d’enseignement que les autres enfants alimente le cercle vicieux de la pauvreté. C’est pourquoi nous pensons qu’il est urgent, pour les enfants roms en particulier, de faciliter l’accès à l’éducation.

Les institutions européennes et les États membres sont déterminés à lutter contre les discriminations et la ségrégation et à améliorer l’intégration de la communauté rom. Même si l’intégration des Roms relève avant tout de la responsabilité des États membres, la stratégie Europe 2020 accorde la priorité aux actions favorisant l’insertion socio-économique des Roms et prévenant les discriminations. Dans ce contexte et sous la bannière «Pour les Roms, avec les Roms», la Commission entreprend des activités de communication ciblée afin de lutter contre les discriminations et les stéréotypes dont souffre la population rom. Pour la période 2014-2020, au titre de la politique de cohésion, la Commission prévoit aussi de financer encore des mesures d’insertion sociale. Par leur adoption unanime de la recommandation du Conseil concernant les Roms de 2013, les États membres ont réaffirmé leur engagement en faveur de l’insertion des Roms. Toutefois, il conviendrait d’en faire davantage au niveau national mais également, et en particulier, au niveau local. Par conséquent, l’Union européenne continue à soutenir les autorités nationales, mais aussi et surtout les acteurs concernés localement, dans leur effort pour protéger les droits fondamentaux des Roms.

Nous devons désormais veiller à la mise en œuvre effective de ces initiatives. En tant que gardienne des traités, la Commission continuera à soutenir et à superviser les politiques de lutte contre les discriminations menées par les États membres pour s’assurer que les droits fondamentaux sont toujours respectés. Les Roms font partie de l’Union européenne et ne doivent pas être laissés de côté.»

Pour plus d’informations:

Source : Commission européenne

 


Note : cette déclaration fait sans doute suite la question suivante de Soraya POST, députée européenne suédoise d’origine Rom :

« Les Roms représentent la plus importante minorité en Europe. Depuis leur arrivée en Europe il y a quelque 800 ans, ils ont été victimes de discrimination, de marginalisation et d’oppression traduisant un antitsiganisme stéréotypé et généralisé.

Dans sa résolution du 15 avril 2015 à l’occasion de la journée internationale des Roms – antitsiganisme en Europe et reconnaissance par l’Union européenne de la journée de commémoration du génocide des Roms durant la Seconde Guerre mondiale, le Parlement européen a adopté une position forte sur le sujet en se disant fortement préoccupé par la montée de l’antitsiganisme en Europe et en soulignant qu’il est fondamental de lutter contre l’antitsiganisme à tous les niveaux et par tous les moyens. Le Parlement a fait observer que la reconnaissance du génocide des Roms durant la Deuxième Guerre mondiale et l’instauration d’une journée européenne spécifique de commémoration constitueraient une étape symbolique importante dans la lutte contre l’antitsiganisme et contribueraient à une meilleure connaissance de l’histoire des Roms en Europe. Le Parlement a ainsi reconnu le génocide des Roms durant la Deuxième Guerre mondiale et invité les États membres à en faire de même. Le Parlement a également décidé d’instaurer une Journée européenne de commémoration de l’holocauste des Roms.

Dans son communiqué de presse du 2 août 2015, la Commission a apporté son soutien à cette résolution visant à instaurer une Journée européenne de commémoration de l’holocauste des Roms tout en espérant que les États membres ne tarderont pas à la proclamer.

1. Comment la Commission veille-t-elle à ce que la lutte contre l’antitsiganisme soit au cœur des différentes politiques de l’Union axées sur l’intégration des Roms? Comment la Commission entend-elle s’assurer que l’antitsiganisme soit banni des politiques de l’Union et des politiques nationales pour que celles-ci garantissent, dans les faits, l’égalité de droits des Roms?

2. Comment la Commission combat-elle l’institutionnalisation de l’antitsiganisme et ses conséquences au sein du cadre pour l’état de droit?

3. Quelles autres mesures la Commission envisage-t-elle de prendre pour faire en sorte que le Conseil marque son adhésion à la résolution du Parlement européen visant à instaurer une Journée européenne de commémoration de l’holocauste des Roms ? »

Source: Parlement européen, question  parlementaire du 14 mars 2016

 


* Le 8 avril devient officiellement la Journée internationale des Roms en 1971 avec la création de l’Union Romani Internationale, mouvement de représentation des Roms en Europe.


#RomaDay #RomaDay2016

 

Les commentaires sont fermés.