Collectif Romeurope du Val Maubuée

Membre du Collectif National Droits de l'Homme Romeurope

Six propositions pour résorber les bidonvilles

AFP – RESPECTmag – 11/02/2016

Répartition contraignante, hausse des moyens, mobilisation de fonds européens: les maires de plusieurs villes d’Ile-de-France ont soumis six propositions à l’État pour résorber les bidonvilles où s’entassent plusieurs milliers de personnes, essentiellement des Roms.

Bidonville à Champs-sur-Marne, photo Hubert Marot, le 12 février 2016

Bidonville à Champs-sur-Marne, photo Hubert Marot, le 12 février 2016

« Dans la région capitale de la sixième puissance économique mondiale, ce ne sont pas moins de 7.000 personnes qui vivent dans des conditions indignes, au milieu des 132 bidonvilles recensés », expliquent les responsables de ces collectivités (Ivry-sur-Seine, Montreuil, Champs-sur-Marne, Aubervilliers, La Courneuve, Saint-Denis, Stains, Plaine Commune) ainsi que du Conseil départemental du Val-de-Marne.

« Les objectifs que nous fixons ne peuvent être autres que la résorption des bidonvilles, l’hébergement, l’accompagnement social vers l’insertion durable, l’emploi et le logement », ajoutent ces responsables, dans ce document reçu jeudi, avec une liste de six propositions adressées au préfet de région.

Principale proposition, « la nécessité d’un effort partagé d’accueil de ces populations sur l’ensemble du territoire francilien », un principe de « répartition solidaire » qui doit être mis en oeuvre « de façon contraignante par l’État », selon ces responsables de territoires « concernés directement et massivement par la résurgence des bidonvilles ».

Le courrier évoque aussi « la nécessité de renforcer fortement les moyens financiers de l’État » et de mobiliser « des fonds européens investis dans l’hébergement et l’accompagnement de ces personnes ».
Il demande que la circulaire de 2012 sur les diagnostics sociaux soit systématiquement appliquée, et appellent au lancement d’une commission d’enquête parlementaire.

Ces propositions ont été élaborées avec la collaboration de Médecins du Monde, de la Fondation Abbé Pierre et du Collectif Romeurope, à l’issue d’une conférence régionale lancée le 20 octobre dernier.

Les objectifs et moyens avancés par l’État « sont sans rapport avec les besoins de ces populations et les capacités de nos collectivités », estiment les responsables, qui avertissent que ces points de désaccord « risqueraient, s’ils n’étaient pas pris attentivement en considération, de faire échouer les travaux en cours ».
En savoir plus sur RespectMag

Les commentaires sont fermés.