Collectif Romeurope du Val Maubuée

Membre du Collectif National Droits de l'Homme Romeurope

L’Unicef s’alarme du non respect des droits des enfants en France

Pauvreté, enfants migrants, bidonvilles, justice pénale… Dans le cadre de l’audition prochaine de la France devant l’ONU, l’UNICEF France interpelle le gouvernement sur les nécessaires progrès à réaliser, et remet au Comité des droits de l’enfant une analyse du respect et des violations des droits de l’enfant sur notre territoire.

Extraits choisis :

En dehors des enfants en situation de handicap, les enfants les plus discriminés en matière d’accès à l’éducation en France sont certainement les enfants vivant en bidonvilles. Seulement 20 % à 50 % des enfants et adolescents soumis à l’obligation scolaire, vont à l’école, au collège ou plus rarement au lycée. Le collectif ROMEUROPE estime que « 5000 à 7000 enfants roms migrants en France arrivent ou arriveront à l’âge de 16 ans en France sans avoir jamais ou presque été scolarisés. » Les principales entraves à la scolarisation sont les conditions de vie précaires, les évacuations successives et le peu d’empressement de certains élus locaux pour procéder à l’inscription administrative des enfants. (p. 22)

Les habitants des bidonvilles sont souvent qualifiés de « Roms ». Pour certains, ils sont effectivement Roms ou d’origine Rom, mais pour beaucoup d’autres enfants, ce sont plus généralement des mineurs en provenance de l’Europe de l’Est. L’UNICEF France, à l’image des associations œuvrant aux côtés des enfants et des familles, choisit d’utiliser l’expression « enfants des bidonvilles ». (p.26)

L’accès à la santé pour les enfants vivant en bidonville est très limité. Le rapport d’Amnesty international de septembre 2013 (« Condamnés à l’errance, les expulsions forcées de ROMS en France ») souligne que les évacuations successives ne font que multiplier les obstacles pour le suivi sanitaire des enfants. (p.26)

En septembre 2010 et 2013, la Commissaire à la justice, aux droits fondamentaux et à la citoyenneté de la Commission Européenne a interpellé la France, jusqu’à menacer d’engager une procédure d’infraction pour son traitement de la situation des populations Roms. Elle a rappelé, par la suite, que, sur les sept dernières années, l’Union européenne a mis à la disposition des États 50 milliards d’euros pour aider à l’intégration des personnes défavorisées, dont les Roms. La France, à elle seule, aurait pu utiliser 4 milliards d’euros : « Nous avons mis l’argent sur la table. Il pourrait servir aux maires et je vois que cet argent n’est pas utilisé », a alors déploré la Commission à la justice, regrettant l’absence de « projet d’insertion ». (p.27)

 

En savoir plus : http://www.unicef.fr/contenu/actualite-humanitaire-unicef/2015/06/09/diagnostic-severe-des-droits-de-lenfant-en-france-23258

CHCtjnoXAAEQmpm

Les commentaires sont fermés.