Collectif Romeurope du Val Maubuée

Membre du Collectif National Droits de l'Homme Romeurope

Communiqué de presse : incendie dans un bidonville de Champs-sur-Marne

Lundi 10 novembre au soir, nous avons été alertés par les habitants d’un bidonville, qu’un incendie ravageait alors leurs habitations installées dans les bois entre Champs sur Marne et Émerainville. La majorité des habitations a été détruite et les habitants ont perdu une très grande partie de leurs biens. Aucun blessé n’est heureusement à déplorer. Il aura cependant fallu attendre 23 heures et la pression des services de la préfecture, pour que la collectivité locale accepte faute de mieux, d’ouvrir un vestiaire pour permettre aux habitants du bidonville de pouvoir se mettre à l’abri et de se réchauffer un peu. Sans cela ils passaient la nuit dehors.

C’est le collectif ROMEUROPE du Val Maubuée qui a dû trouver couvertures, chaussures, vêtements et nourriture pour palier l’urgence.

Aucun élément ne porte à croire que le départ du feu provienne de l’intérieur des habitations. En revanche, l’origine pourrait être imputée à une bande de 2 à 3 personnes inconnues, visages dissimulés sous des capuches, qui rodaient autour du bidonville, visiblement ivres, et qui ont disparu des lieux. Ce n’est malheureusement pas la première fois que de tels évènements se produisent (même s’ils n’ont pas été médiatisés jusqu’ici) avec incendies de baraques, de voitures, et descentes à deux reprises de bandes armées sur les bidonvilles.

A l’époque, madame la Maire de Champs, avait fait allusion à la constitution (non dénoncée de sa part) de groupes de surveillance active des bidonvilles et à l’organisation d’une autodéfense. Ses initiatives malheureuses, dénoncées par notre collectif avec le soutien d’associations comme RESF, la LDH, DEI, la FCPE, des organisations syndicales…. ont visiblement trouvé échos.

Il est temps que cela cesse. C’est pourquoi, nous appelons une fois encore, les responsables politiques, et les représentants de l’Etat, à organiser avec nous et les autres intervenants sociaux, un espace de travail et de concertation afin de trouver ensemble des solutions transitoires et humaines qui permettront de favoriser l’insertion de ces familles qui le souhaitent ardemment. Ceci, au lieu de les renvoyer systématiquement à la rue et de détruire régulièrement tout le travail d’insertion et d’accompagnement réalisé. Nous ne pouvons admettre qu’en France au 21° siècle nous ne soyons pas capables de résorber des bidonvilles et de permettre l’inclusion de ces 20 000 personnes (0,03% de la population française).

Télécharger le communiqué au format PDF

 

Mise à jour du 10 janvier 2014
En application des dispositions des lois du 29 juillet 1881 et 21 juin 2004, nous publions ci-dessous le droit de réponse de la Mairie de Champs-sur-Marne (cliquez sur l’image pour zoomer).droit-de-reponse

 Télécharger le droit de réponse et le courrier de la Mairie de Champs-sur-Marne.

Les commentaires sont fermés.